Pourquoi rédiger une attestation ?

L’engagement bénévole permet de développer de nombreuses compétences, à la fois spécifiques (connaissance d’un milieu, d’une activité) et transversales (compétences sociales, méthodologiques). Ce développement de compétences est de plus en plus reconnu par le monde du travail comme l’atteste un sondage réalisé par Bénévolat Vaud. Parmi les représentants du monde du travail vaudois sondés en 2012, 90% pensent que les compétences ne s’acquièrent pas uniquement dans le cadre professionnel et ils sont plus de 70% à penser que l’engagement bénévole permet de renforcer les compétences sociales, personnelles et méthodologiques.

L’attestation de bénévolat est le vecteur qui permet au jeune de justifier de ses compétences en lien avec des activités auprès d’un employeur potentiel (ou dans le cadre d’une entrée en formation). Il doit être à la fois compréhensible par l’employeur mais également par le jeune.

 

Comment rédiger une attestation ?

Pour qui ?

Pour tous vos bénévoles, quelles que soient leurs tâches. Dans les cas problématiques, il vaut mieux laisser de côtés certaines parties que de donner des informations erronées. Un certificat de bénévolat doit refléter la réalité, il est donc inutile d’aligner les compétences si celles-ci ne sont pas atteintes. De même, pour quelqu’un ayant accompli des tâches variées, il est intéressant de faire le tri avec la personne concernée pour n’en conserver que quelques unes au premier plan.

Qui ?

L’attestation devrait être rédigée et signée par une personne possédant soit une fonction dirigeante dans l’organisation (membre du comité), soit par une personne ayant pour fonction l’encadrement des jeunes bénévoles. Dans ce cas, elle peut être co-signée.

Quand ?

Idéalement, l’attestation devrait être écrite en sachant pour quel projet elle sera utilisée. Dans la pratique, il faut mieux délivrer une attestation pour chaque activité réalisée lorsqu’elle se termine. Pour les personnes assumant de multiples tâches, il faut réaliser une attestation compilant celles-ci soit à la fin de l’activité au sein de l’association, soit de manière régulière (chaque année, chaque trimestre, etc.).

Que mettre ?

Ne pas oublier de rédiger la lettre en «nous» et de citer soit M./Mme + nom de famille, soit prénom + nom.

 

Les éléments d’un certificat de bénévolat

Voici les éléments clés d’un bon certificat de bénévolat. Il n’est pas nécessaire de respecter cet ordre.

-       Titre : Attestation de bénévolat / Certificat de bénévolat. Il peut être utile de rajouter la mention avec évaluation des compétences.

-       Informations personnelles : Nom, Prénom, date de naissance.

-       Période d’activité : est active depuis le … jusqu’au …

-       Fonction (s) : en tant que …

-       Description de la fonction sans les tâches. Essayer autant que possible de ne pas utiliser de termes propres à votre milieu mais bien une description compréhensible par tous. Il est important de bien séparer les tâches de la fonction. Mme XXX a été durant trois ans la responsable de l’unité finances du Festival. A ce titre, elle était responsable de la bonne tenue des comptes et de la recherche de fonds. Elle était épaulée par une équipe de vingt bénévoles répartis dans quatre domaines : recherche de fonds, publicité, comptabilité, gestion des fournitures. Ses tâches étaient de …

-       Tâches et compétences : ces deux points sont le cœur de l’attestation. Ils doivent bien s’articuler. Ainsi, il est possible de mettre les compétences en avant et de les expliciter grâce aux tâches sous forme de texte ou de liste à puces. Au cours de ses activités, M. XXX a pu développer son sens des relations humaines, notamment en étant la personne de contact pour les participants ou encore en gérant les 20 bénévoles chargés de l’accompagnement. On peut aussi lister les tâches puis détailler par la suite les compétences acquises, sous forme de texte ou de liste à puces. M. XXX assume les tâches suivantes : coordination des moniteurs, planification des activités et gestion de la caisse. Celles-ci lui ont permis de développer des compétences de planification et de gestion de projet. En annexe se trouve une liste de compétences ainsi que leurs définitions.

-       Formation : si ces compétences ont également pu être développées dans le cadre de formations, celles-ci peuvent être mentionnées. Mme XXX a pu acquérir ces compétences dans le cadre de l’activité ainsi que dans les formations de gestion des bénévoles données par Jeunesse + Sport.

-       Autres activités : si l’accent a été mis sur une série d’activités, il est important de lister les autres tâches sans y adjoindre de compétences. Au sein de notre association, M. XXX a également été responsable du concert du dixième anniversaire ainsi que de la recherche de fonds pour l’exposition des jeunes artistes en 1999. Comme pour une expérience professionnelle, plus le temps passe et plus les tâches effectuées perdent de leur intérêt.

-       Compétences personnelles : les traits de caractères mis en avant sont idéalement reliés aux compétences ou aux tâches. Son caractère ouvert et jovial a été très apprécié et lui a permis d’exercer au mieux ses tâches d’accueil.

-       Remerciements : invariablement le dernier paragraphe. Nous remercions Mme XXX pour son engagement auprès de l’association / pour ses nombreuses années en tant que caissière et lui souhaitons un avenir plein de succès aussi bien au niveau professionnel que bénévole.

-       Date, lieu et signature(s)

Logo et adresse de l’organisation


Comment reconnaître les compétences acquises ou développées?

 

Impossible de parler d’attestation sans citer les compétences acquises. La première étape est de lister les tâches effectuées. Puis, de prendre la liste des compétences et en attribuer à chaque tâche. Ensuite, il convient d’examiner à quel degré la compétence est acquise. Ainsi, les compétences les plus consolidées pourront être mises en avant et celles qui ont seulement été approchées laissées au second plan.

  

Compétences

Relations humaines : Capacité à établir et entretenir des contacts personnels appropriés avec les autres, tout en les respectant. C’est la base qui permet d’établir un réseau de contacts, de travailler équipe ou encore de négocier. 

Collaborer : Capacité à agir et à se sentir heureux au sein d'une équipe. Capacité à regarder chacun des autres comme complémentaire et différent, comme une ressource importante dont il faut tenir compte et qui peut m’apporter un plus.

Communication : Capacité à transmettre et recevoir des idées, des informations, des messages oraux ou écrits de manière à être compris. La capacité à écouter les autres, ainsi qu’à posséder un langage non verbal cohérent en fait partie.

Sens de l’initiative : Capacité à connaître et utiliser ses propres ressources, énergies, motivations, en vue de créer ou influencer des événements. Capacité à prendre en charge et trouver le ou les moyens de résoudre des problèmes spontanément.

Créativité : Capacité à imaginer de nouvelles solutions, à tisser un lien entre des faits ou des éléments qui, jusqu'à présent, semblaient ne pas en avoir. Oser proposer de nouvelles approches. Fournir des idées nouvelles, tant artistiques qu’opérationnelles.

Sens de l’organisation : Capacité à planifier, anticiper les tâches à accomplir, en tenant compte des ressources disponibles ou à mettre en œuvre. Capacité à s'appuyer et combiner vos atouts et ceux des autres membres de l’équipe pour entreprendre une action appropriée et efficace.

Capacité d’analyse : Capacité à identifier les différents éléments d'une situation et à établir des rapports entre eux pour les évaluer et prendre une décision. Capacité à mettre en évidence les éléments déterminants ou à dresser un portrait général d’une situation complexe.

Progresser : Capacité à analyser l’état de vos connaissances pour vous développer et permettre aux autres de se développer. Capacité à fixer des objectifs et suivre leur réalisation.

Qualité du travail : Capacité à évaluer des résultats en fonction d'objectifs et de critères, à apporter les correctifs nécessaires à leur réalisation. Capacité à intégrer la qualité finale que l’utilisateur attend (satisfaction) pour adapter si nécessaire les processus et comportements.

Résistance au stress : Capacité à garder son sang froid et à poursuivre l’activité malgré une pression élevée.

 

 


Site réalisé avec le soutien de la Loterie Romande